320 Km sur la Loire à vélo avec un enfant de 9 ans

par | 4 Août 2021 | Tourisme à vélo

Loire à vélo avec un enfant

Faire la Loire à vélo avec un enfant ? Nombreux sont les parents à le faire et même avec des tout-petits. L’inconnue pour moi était de savoir combien de kilomètre mon fils de 9 ans serait capable de faire chaque jour, pendant 6 jours tout en se faisant plaisir.

Nous avons mené à bout nos 320 kilomètres de piste cyclable sans la moindre anicroche et avec – presque – tout-le-temps le sourire. Voilà le récit de cette micro-aventure qui en appelle d’autres. Au final, c’est mon fils qui me tirait en fin de journée pour rouler plus loin ou faire un foot au camping… alors que j’aspirais surtout à me poser avec une bière.

Le trajet en résumé

Nous sommes partis d’Orléans, notre ville de résidence, pour rejoindre la maison de vacances d’amis située dans la Nièvre à Ternant, en Bourgogne donc. Google Maps annonçait 230 Km à vélo, Géovélo (qui trouve de supers itinéraires adapté aux vélos) en donnait 270 Km. Au final nous avons fait 320 Km en 6 jours soit une moyenne de 54 Km par jour sur la Loire à vélo avec un enfant.

Il s’agissait donc de suivre la Loire et le canal latéral de la Loire à contre-sens puis d’emprunter le canal du Nivernais avant de quitter les pistes cyclables confortables pour s’aventure dans les collines bourguignonnes sur quelques encablures et quelques côtes à 10%.

Les étapes en détail

Jour

Midi

Bivouac

1

Jargeau

Sully-sur-Loire

2

Gien

Bonny-sur-Loire

3

Sancerre

La Charité-sur-Loire

4

Nevers

Decize

5

Cercy-la-Tour

Cercy-la-Tour (repos)

6

Cercy-la-Tour

Ternant

La plupart des étapes que j’avais planifiées « à la louche » ont été respectées sauf en jour 6 où mon petit bonhomme a voulu rester un peu plus à Cercy-la-Tour car il a beaucoup aimé le combo “piscine + pizza + jeux olympiques à la TV + bon lit douillet” car nous avons loué une chambre d’hôte pour faire un pause un peu plus confortable… puisque mon matelas de sol s’est crevé la soir d’avant 😀 (le bon prétexte).

C’est le gros avantage du camping / bivouac et du vélo : on peut improviser et changer les plans au dernier moment pour que ça reste une aventure et laisser la place à l’inattendu ou aux envies passagères.

Les belles surprises

La première bonne surprise sur cette Loire à vélo avec un enfant a été la bonne humeur de mon petit gars et son énergie. Il avalait les Km sans broncher, profitait de la moindre bosse pour sauter ou cabrer, de la moindre ligne droite pour rouler sans les mains. Nous avons joué aux charades, fait de nombreuses leçons de choses au gré des paysages alentours : la culture du maïs, du blé, de l’orge, les péniches, le fonctionnement d’un vélo, des écluses, la notion de vitesse…

J’essayais d’organiser les pauses fun avec l’aide de Google Maps pour qu’il soit le plus heureux possible : ici un burger, un terrain de basket, une aire de jeu, là une pizza et une glace, là une piscine municipale, plus loin un bel arbre pour la sieste, une bonne boulangerie pour le goûter, un camping avec piscine si possible etc.

Autre bonne surprise, en plein coeur de l’été, les camping avaient tous des places disponibles. Certes pour simplement planter une tente cela ne pose généralement pas de souci mais ils disposaient aussi d’habitats toilés, de caravanes, de roulottes… Ce qui nous a permis de faire 2 pauses confortables en appelant au dernier moment.

On a aussi trouvé des aires de jeux d’eau (avec des jets) à Decize et en sortant de Nevers vers le canal du Nivernais qui furent un bon moment de détente par 32°C et en plein soleil. J’en ai bien profité aussi sous le regard sidéré des plus jeunes marmots.

Chance ou bon équipement ? Le fait est que nous n’avons pas eu à déplorer la moindre panne sur ce petit trajet. Aucun pneu crevé, aucune casse.. c’est pour moi la première fois. Il faut dire que j’ai un vélo Riverside de Décathlon acheté il y a un an et que mon fils roule depuis longtemps sur son Rockrider sans le moindre tracas.

Seul souci : mon pédalier qui s’est mis a craquer violemment au bout de 40 Km. J’avais pourtant démonté le boitier et bien resserré le tout avec un peu frein-filet avant mon départ suite à un problème similaire. J’ai pu résoudre le souci avec une bombe de lubrifiant WD-40 prêtée par un ami sur le trajet.

Enfin, je dois signaler à quel point faire du vélo tourisme en France est un bonheur. La quantité de restaurants, de bars, de petites boutiques de village, de boulangeries ouvertes permet de faire de belle pauses gourmandes sans se stresser pour anticiper quoi que ce soit. On trouve toujours un petit quelque chose d’ouvert même dans les plus petits villages.

Les belles rencontres

J’ai rencontré le fils d’un ancien champion cycliste du Tour de France, lui-même âgé de 87 ans et passionné de petite reine. Nous avons papoté côte à-côte en roulant sur 30 km où je me suis délecté de ses anecdotes de vieux brisquard (et ouais, ils faisaient des étapes de 300 Km en montagne à l’époque et sans voiture suiveuse pour ainsi dire, ils roulaient même avec fracture de la mâchoire :-). Il roule chaque semaine 200 km au moins à environ 27 Km/h de moyenne, c’est plus que je n’en fais à 41 ans 🙂 Il m’a aidé à mieux régler la selle du vélo de mon petit gars.. qui allait encore plus vite ensuite (merci !).

J’ai aussi pu papoter avec un couple de professeur suisses qui fait chaque été plus de 1000 Km à vélo sur les routes de France. Croisés à Decize, ils descendaient la Loire puis suivraient la piste Atlantique pour longer le littoral. Et tout ça avec deux enfants, donc une fille de 9 ans qui roulait sans problème 90 Km par jour et un petit de 5 ans qui en faisait 20 Km avant de passer dans une charrette pour enfant pour le reste du trajet.

Ce que je ferai différemment la prochaine fois

Pour préparer mon prochain voyage, j’emporterais certains équipements plus léger et je me passerais de certains. Notamment :
– une pompe plus légère car le seul modèle dont je disposais était une pompe à pied un peu encombrante
– je ne prendrais pas de réchaud à gaz, on trouve assez de cafés et de bars pour boire un café le matin et tant pis pour les repas chauds, en plein été une salade en boîte fais bien le job
– je ferais plus de bivouacs. Nous n’en avons fait qu’une fois sur une aire de pique-nique et mon fiston a bien aimé le côté « interdit » (en fait c’est toléré mais chut…) et c’est très amusant à condition de trouver un point d’eau potable
– un meilleur matelas de sol car le mien tout neuf et haut-de-gamme de chez Décathlon a crevé alors que je crains du dos. Autant dire que j’ai très mal dormi la plupart du temps. j’investirai cette année dans un tapis d’une autre marque en allant voir au Vieux Campeur par exemple…
– j’emporterais un jeu de carte pour jouer avec la marmaille

Charrette vélo ou sacoches pour un voyage à vélo ?

J’ai opté pour une charrette à vélo pour enfant classique, un modèle Thule à 400 euros que j’utilise depuis plus de 10 ans depuis la naissance de ma grande fille. Certes, il y a le poids de la charrette plus important que celui d’un porte bagage et de sacoches et le risque de crevaisons doublé mais au final, je trouve cela bien plus pratique et spacieux.

On peut y fourrer les duvets sans les plier et les rentrer dans leur manchon ce que je trouve fastidieux. On peut faire des réserves de nourriture d’avance sans compter l’espace. On y a même mis un ballon de foot pour les pauses.

Checklist pour la Loire à vélo avec un enfant :

Petites réparations
– pompe
– chambres à air de rechange
– kit rustines
– multi-outils
– cerclages plastiques (pour les petites réparations de fortune)
– lubrifiant

Electronique
– batterie externe (20.000 Mh pour être tranquille)
– chargeur secteur pour le smartphone
– smartphone “indispensable” pour le GPS et les points d’intérêt
– Liseuse (pour les pauses)

Bivouac
– gourdes à eau (4 litres au total)
– réchaud + bonbonne de gaz (facultatif finalement)
– petite casserole (facultatif aussi)
– cuillères
– couteau suisse
– tasses
– café soluble et/ou thé en sachet
– sacs poubelle
– Tente 2 places
– Tapis de sol
– Duvets
– Oreillers

Hygiène et santé
– Désinfectant blessures
– Sparadrap & compresses stériles
– savon de Marseille (pour la lessive et/ou le corps)
– dentifrice
– brosse à dent
– 2 pinces à linge
– Papier toilette
– gel hydroalcoolique
– Crème solaire

Vêtements
– cape de pluie
– lunettes de soleil
– casquettes
– 1 paire de chaussettes (facultatif en été)
– 2 slips
– 2 shorts
– 2 t-shirt maille légère fluos
– un pull ou veste
– un maillot de bain

Divers
– Antivol pour les pauses
– Masques covid

Quelques photos du parcours

plan d'eau de la Nocle

Pause baignade au plan d’eau de la Nocle, magnifique endroit très bien aménagé par la mairie

 

Cercy-la-Tour

Cercy-la-Tour depuis le canal

 

aire de jeu d'eau à Nevers

Aire de jeu d’eau à Nevers, un rafraichissement idéal en pleine canicule estivale

 

vue sur Gien depuis la Loire à vélo

Vue sur le château de Gien depuis une aire de jeu pour enfants

 

pause cahier de vacances

Pause pour faire un peu de cahier de vacances

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *