Test du RadWagon 4 de Rad Power Bikes : mon avis après 4 mois

par | 25 Mar 2022 | Vélo cargo, Tests de vélos

Radwagon 4 en test

Je suis propriétaire d’un vélo longtail RadWagon 4 de Rad Power Bikes depuis plus de 4 mois. Au regard de l’évolution du prix de l’essence, je ne regrette pas mon investissement.

Avant de jeter mon dévolu sur ce modèle de vélo cargo, j’ai tout de même longuement hésité.

Me fallait-il un vélo cargo traditionnel (avec une caisse à l’avant) ou un longtail (avec un porte-bagage rallongé) ? Un simple vélo électrique avec une charrette ne ferait-il pas l’affaire ? La marque Rad Power Bikes est-elle fiable ? Ces vélos sont-ils solides ou est-ce un autre de ces produits fabriqués en Asie et qui casse au bout de 3 mois ?

Aussi, dans l’optique de pouvoir vous aider à faire votre choix, je me suis décidé à réaliser ce test du Radwagon 4. Il vous sera peut-être utile au moment de décider de quel type de vélo cargo vous avez besoin.

Mon objectif est de proposer une revue avec un avis aussi objectif que possible. Il y a de très bonnes choses à signaler à propos de ce longtail… mais aussi du moins bon. Passons tout cela en revue.

En préambule : un vélo cargo pourquoi faire ?

Je dois l’avouer, à la base, mon premier choix se portait plutôt vers un vélo cargo à caisse, bi ou triporteur. J’ai donc essayé notamment des vélos Babboe en location à la boutique à côté de chez moi, pour me faire un avis. J’ai aussi essayé des vélos longtail de la marque Tern, plus chers mais sans avoir sauté le pas au final.

Chacun aura ses raisons d’acheter un vélo cargo. 

Je cherchais pour ma part un vélo capable de m’accompagner au quotidien pour faire des choses fort classiques :

  • transporter des enfants à l’école et à leurs activités diverses
  • faire des courses pour une famille de 5
  • accompagner nos vacances sur la Loire à vélo (une semaine avec des amis chaque été, une tradition).

Je travaille de chez moi donc mon Rad n’est pas un moyen de locomotion personnel au sens strict. Mon épouse l’utilise un peu plus pour des petits déplacements quotidiens. Vous comprendrez pourquoi nous ne l’utilisons pas plus intensément en lisant ces lignes.

Nous cherchions donc un vélo électrique de type cargo, capable de transporter de lourdes charges pour un usage principalement urbain et de loisirs. Je me déplace déjà à 99% en vélo, la voiture ne sort que pour les départs en vacances ou les grosses courses.

Notre budget était au maximum de 3500 € hors accessoires.

Pourquoi j’ai failli ne pas acheter un Rad Power Bikes ?

Une fois mon cahier des charges bien défini, nous avons écumé le web à la recherche d’informations sur les vélos cargos et les longtails.

Le Radwagon 4 a été un des premiers vélos à s’afficher lors de nos recherches. Et je l’ai immédiatement écarté sans même y prêter attention. A peine un petit regard et je n’ai même pas parcouru sa fiche technique.

Pourquoi un tel apriori ?

En raison de son prix.

A l’époque, il était vendu 1700 € ttc frais de port compris. (Aujourd’hui il est vendu 1900 €)

Les concurrents commençaient tous à 2500 euros avec une moyenne à 3000 € et des prix maximums allant à 5000 €.

Le prix du Radwagon m’a donc tout simplement semblé trop beau pour être vrai. J’ai flairé – à tort – l’arnaque ou le site de dropshipping avec du matos de pacotille « made in China » mal fini, mal monté, mal dégrossi.

J’ai donc passé mon chemin en 2 minutes.

Et puis à force de comparer les différents concurrents et de pester en raison de leurs prix à mon avis trop élevés (5000 euros pour un vélo, on trouve des voitures d’occasion à ce prix !)… j’ai fini par reconsidérer le Radwagon.

En fait si on résume mon cheminement, ça donne :

  1. Houla, ce Radwagon est trop bon marché pour être de bonne qualité
  2. Les concurrents sont en effet plus chers mais leurs fiches techniques n’ont rien de sensationnel pour le prix, je n’ai pas envie de me faire tondre la laine sur le dos.
  3. Donc finalement, peut-être que Rad Power Bikes est plus dans le vrai et pratique des tarifs plus ajustés
  4. Ah mais en s’y penchant de plus près, il me semble très bien ce vélo au prix de certaines concessions…

J’ai donc cherché des avis de clients sur ces vélos, si possible un test du Radwagon 4 déjà fait par un utilisateur, découvert un groupe Facebook dédié très actif, découvert que l’entreprise avait été nommée comme une des plus innovantes au monde par le Times, creusé la fiche technique, les conditions générales de vente… pour finalement me laisser tenter et en commander un.

Le processus de commande et de livraison

En France, Rad Power Bikes ne vend ses vélos que sur internet. C’est une des explications de ses prix compétitifs.

Il faut donc un minimum de confiance pour faire chauffer la carte et dépenser 1700 euros pour un produit qu’on a jamais vu ni touché physiquement, jamais essayé.

Le processus de commande en ligne est classique. On ajoute son produit au panier, on indique ses coordonnées, on valide sa carte bleue et on croise les doigts pour que la livraison se déroule bien.

C’est ensuite que la livraison devient déroutante : aucun délai , même pas estimatif, n’est annoncé. On ne sait tout simplement pas si le vélo sera livré dans 6 jours, 6 semaines ou 6 mois.

On a posé la question au SAV. A ce jour on attend toujours la réponse. Pas même un email automatique expliquant qu’en raison de difficultés d’approvisionnement la livraison est difficile à estimer bla bla bla.. RIEN ! Le silence de l’espace intersidéral ou personne ne peut vous entendre crier.

Il faut donc avoir le coeur bien accroché pour rester calme et serein.

N’étant pas de nature stressé, je prends mon mal en patience et j’attends.

Le Radwagon nous a été livré en 1 mois par DHL. Provenance : Pays-Bas.

Colis en bon état, vélo en bon état.

La réception du colis et le montage du vélo

Le Radwagon arrive dans un carton unique. Les accessoires facultatifs sont livrés dans des colis complémentaires.

Colis complet avec Radwagon et accessoires

Colis complet avec Radwagon et accessoires

C’est tout de suite rassurant car le carton est solide, estampillé aux couleurs de Rad Power Bikes et il est arrivé en bon état livré avec un transporteur de renom.

A l’ouverture, on découvre le vélo monté à 75%. Le cadre et toutes les pièces sont très bien protégés dans du polystyrène et sous plastique. 

Vélo complet à monter

Radwagon 4 sous son plastique de protection

La fourche repose sur une protection en plastique renforcé ce qui permet de poser le cadre à terre en attendant de monter la roue avant.

protection de la fourche du guidon

Protection de la fourche du guidon

Une notice explique pas à pas comment monter le vélo. Comptez environ 2 heures de bricolage pour en venir à bout.

Je suis une brèle en bricolage (genre je ne sais pas dans quel sens on tourne pour visser) donc si j’y arrive, tout le monde y arrive aussi. Il suffit d’y aller pas à pas.

On commence par ajouter la roue avant, puis à monter le guidon et à le régler, on ajoute la selle et les petits accessoires : éclairage avant, sonnette, l’écran de contrôle, les pédales, la béquille centrale etc…

Seul moment de doute : la fixation du petit ressort qui permet à la roue avant de ne pas tourner sur elle-même et à modérer son rayon de braquage. Il est tellement tendu qu’on arrive pas à le tirer et à le visser en même temps. mais avec un peu d’huile de coude, on a fini par y arriver.

ressort récalcitrant

Le ressort récalcitrant !

On enfile la batterie et on est heureux de donner son premier coup de pédale assisté. Ça marche !

Première utilisation, premières sensations

Je suis déjà propriétaire d’un vélo électrique Décathlon et d’un musculaire aussi par ailleurs. Donc mes premières sensations de roulage consistent à comparer mon expérience à celle de mon vélo électrique.

L’accélération du Radwagon est franche, ça démarre au quart-de-tour ce que je trouve agréable. Le couple me semble efficace sur du plat.

Le moteur est assez silencieux, il démarre vite et pousse fort. On atteint très vite les 27 Kmh promis voire même un peu plus (je suis souvent à 28 km/h)

Les freins sont un peu mous mais on arrive tout de même à s’arrêter en quelques mètres.

Nous pourrons détailler tout cela plus bas dans l’article.

Il y a un petit protocole à suivre pour étalonner la batterie (assez volumineuse) du vélo.  Lors des 3 premières sorties, il faut recharger la batterie à fond pendant plusieurs heures et laisser brancher au secteur un certain temps. 

La notice précise aussi qu’il ne faut pas laisser la batterie exposée à une température inférieure à 10°C donc on prend l’habitude  al rentrer après chaque utilisation car c’est l’hiver et le thermomètre descend allègrement en dessous de 0°C la nuit.

Sur la route : le pilotage du Radwagon après 4 mois d’utilisation

En 4 mois, j’ai parcouru environ 300 Km c’est assez peu car j’utilise toujours mes autres vélos en alternance.

C’est toutefois suffisant pour se faire un avis définitif sur les points forts et les défauts de l’engin.

La vitesse, la puissance, le couple

Le moteur, situé dans la roue arrière, délivre les promesses attendues. Il se met en route dès qu’on commence à pédaler sans sensation désagréable d’un à-coup que j’ai pu constater sur certains modèles de vélos électriques d’entrée-de-gamme.

Bien que le vélo soit assez lourd et malgré mes 85 kilos, j’atteins les 27 Kmh sur le plat en environ 7 secondes. Une fois ce palier atteint, le moteur oscille entre poussée et arrêt. On ne le ressent que très peu et cette aide se fait vite oublier.

Le moteur dispose de 5 niveaux de puissance. Honnêtement, je n’ai jamais eu besoin de monter à plus que 3 sauf avec un enfant d’environ 40 kilos assis à l’arrière pour avoir un peu plus de répondant à l’accélération.

Je ne dispose pas de côte dantesque de part chez moi en région Centre mais une côte de 8% s’avale sans difficulté avec un chargement utile de 130 kilos (conducteur plus enfant à l’arrière).

Le détail qui fait la différence : la poignée de gaz à l’arrêt

A mon sens, l’accessoire qui fait la différence, c’est la petite poignée de gaz située sur le grip de droite du guidon. Cette petite poignée rotative permet de faire avancer le vélo à environ 4 Kmh sans avoir besoin de pédaler. C’est extrêmement pratique pour les démarrages à un feu rouge et/ou en côte.

poignée de gaz

La poignée de gaz indispensable et salvatrice

Cette poignée permet d’atteindre une vitesse suffisante pour que le moteur du pédalier se mette en route sans avoir à forcer sur les pédales. C’est d’autant plus indispensable que le Radwagon 4 ne dispose pas d’un changement de vitesse par un moyeux mais via un dérailleur classique. Il est donc impossible de changer de vitesse à l’arrêt.

Donc si vous vous arrêtez sur le petit pignon, le redémarrage est ardu voire impossible en côte et a fortiori avec un enfant à l’arrière… mais grâce à la poignée de gaz, tout devient plus simple.

Le confort d’utilisation

C’était un des critères déterminant de choix : la cadre devait pouvoir s’enjamber facilement. Mon épouse étant petite de taille, il faut donc un cadre le plus bas possible. Avec le Radwagon 4 c’est mission accomplie. En son point le plus bas, le cadre est à 62 cm du sol.

La position de conduite est confortable même pour un « grand » de 1m83 comme moi.  Le guidon est réglable de multiples façons (profondeur, inclinaison) ce qui est positif. La selle bénéficie d’une double fourche télescopique donc elle peut montrer vraiment très haut pour les très grands gabarits.

La posture une fois sur la selle est droite. Le guidon se trouve à environ 60 cm horizontalement de la selle. 

Par contre, la selle elle-même est incroyablement inconfortable. Elle appuie exactement sur les 2 muscles des fessiers, à croire que c’est une torture savamment calculée par le lobby de la selle pour en vendre plus. Ceci dit, j’ai fini par m’y faire.

Bien que le Radwagon ne dispose d’aucun système d’amortisseur, cela ne se ressent pas trop sur la route. Les larges pneus y sont pour beaucoup. Leur épaisseur permet d’amortir les chocs et les nids de poules même si on a tendance à vouloir les éviter pour épargner le vélo dans son ensemble.

Un point que je trouve désagréable néanmoins, c’est la flexibilité de la béquille. En position rabattue, quand on roule donc, je trouve son ressort trop lâche. A chaque petite bosse ou trou, la béquille vient donc taper contre le cadre car le ressort ne parvient pas à la maintenir en position rabattue. A la longue, je crains un peu qu’il ne casse et le bruit du choc est assez désagréable.

Par contre, l’engin pèse son poids, soit 34,8 Kg. Ma femme a chuté à l’arrêt car le sol présentait un léger dévers à cet endroit et elle avait un enfant de 35 Kg à l’arrière. Soyez donc vigilants ! 

Avec les enfants

Nous avons acheté deux accessoires sur le site de Rad Power :

  • un petit coussin d’assise pour le porte bagage. Pas donné mais indispensable pour transporter un marmot. Fixation facile et rapide avec 4 vis
  • un jeu de repose-pied à visser sur le cadre, totalement indispensable aussi si vous voulez transporter des plus jeunes

Les enfants peuvent se tenir soit sous la selle, qui dispose d’une petite poignée , un genre d’arceau en fait, soit en mettant leurs mains dans les poches du manteau du conducteur ce qui a l’avantage de réchauffer et le conducteur et les mimines.

assise enfant et sacoches

L’assise en option et les sacoches pour les courses

Autonomie et batterie

Le site annonce jusqu’à 72 Km par charge de batterie. Ils y sont bien, pas de mauvaise surprise sur ce point. En gérant bien avec une puissance de 3 sur 5, on les fait sans problème sur du plat avec ou sans le vent dans le dos.

Par contre la batterie est de taille XXL !

batterie XXL du Radwagon 4

La très grande batterie

Elle mesure 37 cm x 10 cm x 9 cm pour un poids de 5 kilos.

Vous aurez du mal à la glisser dans un sac à main ou même un sac à dos.

Elle est assez difficile à enlever de surcroit car peu maniable et serrée au cordeau dans le cadre du vélo.

A chaque fois, je la tape un peu sous l’effet de l’inertie, donc je place ma main pour faire tampon mais c’est elle qui prend à chaque fois. 

Quand la batterie arrive à épuisement, l’écran de contrôle du Radwagon n’affiche pas d’erreur ni de message spécifique. Il y a juste le dernier petit tronçon qui clignote. On sens la puissance du moteur diminuer progressivement jusqu’à extinction totale. J’ai remarqué que si on marque une pause d’environ 1 minute, le moteur repart un peu pour 5 minutes de réserve.

Capacité de charge

Le site de Rad Power Bikes annonce une capacité de charge maximale de 158 Kg pour le RadWagon 4.

La plupart des concurrents annoncent une charge utile de 200 Kg.

Cela signifie qu’une fois qu’on déduit le poids du conducteur, le reste n’est pas si généreux.

Dans mon cas, mon poids de 85 Kg me permet donc en théorie de transporter une charge résiduelle de 73 Kg.

Plus troublant, la notice affiche un poids maximal sur le porte-bagage de 54 Kg ! Cela semble bien faible pour un vélo conçu pour transporter une charge conséquente. On ne peut donc pas y mettre deux enfants de 8 ans car le poids total de notre marmaille est de 70 KIlos.

Pour faire les courses

Ici, on touche mon principal regret. J’ai longtemps hésité entre un vélo cargo avec une caisse et un longtail sans caisse donc. L’avantage du cargo est son énorme volume de rangement pour y mettre un enfant ET des courses conséquence en vrac. 

L’avantage du longtail est son prix et sa plus grande maniabilité.

Quand nous faisons les courses, nous mettons nos emplettes dans deux sacoches attachées sur le porte bagage arrière et éventuellement quelques sacs sur le porte-bagage avant acheté en complément. Le volume des sacoches est tout de même bien moindre que celui d’un bac de vélo cargo type Babboe. 

On y met au maximum 30 litres de courses.. sans place pour un pack de bouteilles de lait. Donc, pour les courses le Radwagon touche ses limites de volume de stockage.

On peut certes fixer une caisse à l’arrière mais c’est :

  • un peu long
  • pas si simple à faire tenir surtout quand la caisse est pleine et lourde
  • ça empêche à un enfant de s’assoir en même temps

Caractéristiques techniques

Les caractéristiques techniques sont assez classiques pour un vélo électrique moyen de gamme :

  • des freins à disque (un peu mous)
  • éclairage et sonnette obligatoires
  • moteur à moyeu bridé à 250 W
  • un petit écran (rétroéclairé de façon faiblarde) qui permet de visualiser la vitesse, la puissance et la distance parcourue
  • dérailleur 7 vitesses shimano
L'écran du radwagon

L’écran mal rétroéclairé du Radwagon

Là où le Radwagon se distingue, ce sont sur les petits détails techniques :

  • feu stop arrière
  • la manette de gaz à l’arrêt (assistance à la marche)
  • la selle télescopique bien pratique
  • le guidon réglable
  • les roues de 7 pouces pour un centre de gravité le plus bas possible

Un point sur le risque de vol

Le Radwagon 4 est un bel engin qui attire l’oeil. Nous évitons de le laisser attaché en pleine rue plus de 1 heure ou alors en gardant un oeil dessus. 

Nous avons investi dans un antivol en acier rigide et une chaîne Abus en complément. Sur notre ville, le vol de vélo est une calamité et la plupart de nos amis se sont fait voler leur monture un jour ou l’autre. 

En résumé 

Je prends du plaisir à rouler sur ce vélo. Transporter les enfants (un à la fois en raison des restrictions de poids) est un vrai bonheur et c’est toujours l’occasion de discuter sur le trajet. Je regrette un peu le manque de volume pour des courses un peu plus conséquentes. 

Points forts

  • tarif très compétitif
  • cadre robuste
  • moteur puissant et couple suffisant
  • confort de conduite
  • gros pneus larges amortissants

Points à améliorer :

  • le prix des accessoires
  • le suivi de commande inexistant
  • la selle inconfortable
  • la fixation de la batterie délicate
  • le poids du vélo
  • la charge utile pas si généreuse

Cliquez-ici pour acheter votre Radwagon 4 sur le site du fabricant

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.